Mobile nav

Correspondances

Ah ! le joli mois de juin qui nous fait déjà rêver aux vacances. La saison à peine terminée avec Machiavel, nous embarquons sans délai pour une nouvelle destination. Les étapes définitives de ce voyage seront révélées le vendredi 14 septembre à 19h.

Comment va-t-elle dialoguer avec la précédente, cette nouvelle saison ? Nous pensons à ces moments forts comme Blockbuster qui phase un discours économique critique avec des séquences cultissimes du cinéma américain. Autre otni (objet théâtral non identifié) de la saison passée : La convivialité ! Faire d’un propos sur les bizarreries orthographiques de la langue française un spectacle passionnant et intelligent, qui s’exporte partout en francophonie, mérite qu’on s’incline devant le talent de deux agrégés improvisés en comédiens. Un opus 2 est en préparation pour notre plus grand plaisir tant la langue française est riche en absurdités. Ces spectacles, par leur originalité et leur attractivité, signalent la qualité des créateurs belges. Partager ces moments est un peu la raison pour laquelle nous faisons ce métier.

Nous aimons ce mot de correspondance qui renvoie à l’intimité de la conversation épistolaire en passe de se perdre devant la position dominante des réseaux sociaux. C’est presque devenu une posture suspecte de le revendiquer. Et, pourtant, nous voulons maintenir une forme de correspondance avec le public, de contact direct, physique, hors de tout effet marketing. La singularité de cette relation est pareille à celle qui se joue dans un théâtre où des hommes s’adressent directement à d’autres hommes, où la parole vraie, sans effets spéciaux, sans trucage, sans manipulation circule.

A quoi correspondra la saison prochaine ? Nous vous parlerons de tous les spectacles découvertes le 14 septembre. Mais quelques belles surprises vous attendent et pour lesquelles point n’est besoin de longues explications. Benjamin Biolay, Christophe, Nolwenn Leroy, les Australiens de Circa, le Ballet-Théâtre Atlantique du Canada avec Carmen, les Québécois de Cas Public avec Cendrillon... Du théâtre, de l’humour et des spectacles ”A voir en famille” pour tous les âges !

Au plaisir de vous retrouver à la rentrée.

Fernand Houdart Directeur



Jeanne Cherhal

Durée
1h25
Espace
théâtre

Tarifs
entrée : 25 €
abonnement : 2 crédits


En avril 2015, Jeanne Cherhal nous présentait son dernier album d’alors Histoires de J. Eblouissement devant cette artiste au talent reconnu ! Le rapprochement de cette musicienne dans l’âme avec Véronique Sanson ou William Sheller nous semblait évident.

La sortie de Amoureuse de Véronique Sanson en 1972 marque la naissance d’une auteure-compositrice- interprète majeure et introduit une profonde rupture dans la chanson française en imposant un son totalement neuf. 40 ans plus tard, Jeanne rend hommage à Véronique. Elle interprète à la Rochelle et à l’Olympia ce disque légendaire de magistrale façon. Elle nous rappelle qu’elle a commencé en 2001 en duo, avec son piano, et que les difficultés que recèlent les compositions de Véronique la stimulent. Cette expérience lui donne l’idée de repartir sur la route après la tournée Histoire de J mais seule cette fois ou plutôt à deux.

Seule en scène : c’est également ce qui lui fait le plus peur. Qu’importe : elle a peur, elle y va. Libre, totalement libre d’aller piocher des morceaux dans ses cinq albums, ceux qui lui ressemblent encore, qu’elle aime terriblement jouer, ou dont elle pourrait créer une version inattendue. Ce sera donc un moment d’intimité et d’intensité, à la façon d’un plan serré, où l’on retrouvera tout ce que l’on aime tant chez cette fille : farouche juste ce qu’il faut, malicieuse toujours, insolente au moment où l’on s’y attend le moins, si lumineuse quand son rire la surprend elle-même, profondément émouvante dans le risque et l’épure. Et non pas tremblante quand bien même elle sera seule mais vibrante. Arnaud Cathrine

A voir prochainement