Mobile nav

La Solitude du Mammouth

jeudi 7 février, 13h30

Durée : 1h25
P.A.F. : 5€
Espace Théâtre
Dossier d’accompagnement
Rencontre avec l'équipe artistique à l'issue de la représentation (à confirmer) 

5e secondaire et +

Un monologue drôle, cruel et déjanté qui parle de ce que nous faisons de nos colères et de notre désir de vengeance, notre faculté à sublimer les émotions qui nous traversent.

Les thèmes
Monologue, auteur belge, séparation, vengeance, colère, amour, relation à l’autre, résilience

Le spectacle vu par la presse

Quand Geneviève Damas philosophe sur les mammouths, ça donne ça : L’humanité leur doit tellement. Ils nous ont tout donné, leurs défenses, leur peau, leurs os, leur graisse, leurs poils et qu’est-ce que l’humanité a fait pour eux lorsque le froid est arrivé ? Nada. Elle les a laissés sombrer dans l’ère glaciaire.

Alors aujourd’hui, à l’ère de l’Anthropocène, l’auteure imagine d’autres luttes contre les éléments –plus sociologiques mais non moins menaçants– sous la forme d’une héroïne féminine qui, abandonnée par son mari, va sombrer dans un délire vengeur et ravageur. Quand il m’a dit “Bérénice, j’ai rencontré quelqu’un”, comme le Mammouth j’ai senti la terre se refroidir, dit son personnage avant de décider que, cette fois, elle ne perdrait pas le combat contre le froid. L’auteure de Si tu passes la rivière (Prix Rossel 2011) nous donne les clés de sa nouvelle pièce, La Solitude du mammouth.
Catherine Makereel, Le Soir.

Geneviève Damas:
 artiste aux multiples talents

Après une licence en droit à l'Université de Louvain puis des études de comédienne à l'IAD-Théâtre, elle devient comédienne, écrivain et metteur en scène de théâtre et d'opéra. L’auteure belge s’illustre dans trois types de productions littéraires : le roman, la nouvelle et l’écriture théâtrale.

En théâtre, elle écrit notamment les pièces Molly à vélo et Stib (accueillie à Arlon en 2012) pour lesquelles elle reçoit plusieurs prix. Si tu passes la rivière, premier roman de l’auteur en 2011, lui avait valu les prix Rossel et des Cinq continents. En 2017, elle publie chez Gallimard Patricia, un roman à 3 voix sur le drame des migrants.

Extrait de la pièce

Je crois que je suis restée longtemps sans bouger, mouillant le sol glaciaire, pleurant mon mari et tous ces mammouths anonymes qui avaient perdu le combat contre le froid. Et puis, un jour, j’ai arrêté. Pourquoi je ne sais pas. Mais j’ai arrêté de pleurer, j’ai arrêté de rester figée, j’ai arrêté de soupirer. J’ai relevé la tête et j’ai dit : «Ca ne peut plus continuer». Ce n’est pas vraiment ça que j’ai dit. Ca ressemblait plutôt à un cri préhistorique du genre : «Putain de bordel de Dieu de merde ! ».

Pour les mammouths, pour le froid, pour le silence, pour le mensonge, pour la fausse blonde de 22 ans, tu vas voir mon ami ! Je vais te donner une profitable leçon. Une leçon que tu n’es pas prêt d’oublier.
Extrait de La Solitude du mammouth.